L'oeil dans sa poche numéro 13
Portraits de créateurs en Rhône-Alpes
Arts plastiques, Design, Photographie, Céramique, Illustrations, Graphismes,...
 

AUDREY CALLEJA

auteur illustratrice

CONTACT

http://www.audreycalleja.com/
http://audreycalleja.canalblog.com/

FORMATION

Un BTS de communication visuelle dans une poche, un diplôme de l’école des Beaux-Arts commencé à Épinal, terminé à Saint-Étienne dans l’autre.

INFLUENCES

J’aime beaucoup regarder le monde qui m’entoure, mon quotidien, les moments de vie.

J’aime le basculement entre imaginaire et réalité comme dans les films de Michel Gondry, la bande dessinée intimiste et autobiographique de L’Association, l’art contemporain et son regard interrogateur, l’illustration jeunesse....

 

MON PARCOURS

"

J’ai commencé par faire un BTS communication visuelle. Après avoir eu un bagage très technique, j’ai eu envie de développer des choses plus personnelles. Je suis partie aux Beaux-arts d’Epinal, en section" image narrative".

"27 premières" a été mon projet de fin d’année. Lors de la présentation du projet le jour de mon diplôme, j’ai été encouragé à montrer mon travail à des éditeurs.

Je suis allée au salon du livre jeunesse de Saint-Priest. J’ai rencontré Olivier Belhomme des éditions du Poisson soluble qui était plutôt intéressé. L’année d’après, le livre était publié.

Ce goût prononcé pour l’expérimentation, et l’intérêt tout particulier porté à l’illustration m’ont donné envie de poursuivre aux Beaux -Arts de Saint-Étienne en section communication.

J’ai donc privilégié pendant ma quatrième et cinquième année la réalisation de nouveaux projets personnels d’édition en m’essayant à diverses formes narratives.

Je façonne mes projets de livre sous la forme de maquette comme si c’était des vrais. Quand on regarde des feuilles volantes, on imagine moins bien ce que le livre va pouvoir être qu’en tournant des pages.

 

"

Faire de belles images ne suffit pas pour faire un livre.

Dans un livre, il n’y a pas d’autonomie d’images, elles fonctionnent toutes les unes avec les autres.

Je n’ai pas de recettes, je fonctionne beaucoup à la spontanéité. C’est le ressenti qui guide en partie mes choix.

Un livre commence par une idée ou un bout de dessin gribouillé dans mes carnets. Ces carnets sont des terrains d’explorations personnels qui peuvent aussi me servir de banque d’images. Un personnage qui est apparu dans mes carnets peut devenir le personnage central d’un projet de livre.

Une fois que j’ai envie de faire évoluer un dessin, je commence à construire : j’écris toujours l’histoire avant de faire les dessins.

Quand je commence un projet de livre, je commence toujours un carnet de recherche où je vais pouvoir dessiner les personnages et les décors de manière très libre.

Quand des choses se mettent en place dans le carnet, je commence à faire les images du livre. Quand j’ai besoin de trouver de nouvelles pistes créatives pour la mise en place d’un décor, je retourne picorer des idées dans ce carnet.

Le livre se construit dans ce va et vient entre des dessins très libres et des images plus construites.

 

ÉTAPES DE TRAVAIL

"

Je pars du texte découpé en paragraphe. Chaque paragraphe correspond à une double page. Il faut toujours laisser pas mal de place pour le texte et ne pas se laisser emporter par le dessin.

Dans mon carnet de recherche, je dessine le personnage, une petite fille, je me demande si elle a des nattes, si elle porte un chapeau... Répondre à toutes ces questions est ce qui va donner l’identité du livre.

Je travaille toujours dans un carnet car l’objet fonctionne comme un livre, il me permet de faire des trouvailles dans l’enchainement des dessins ou pour créer l’inattendu d’une page à l’autre.

J’écris le texte sur mon carnet pour me l’approprier au fur et à mesure des essais.

Je réalise le "chemin de fer" pour savoir où je vais. Le chemin de fer est le story-board du livre, il permet de visualiser l’ensemble des illustrations de l’album de manière schématique, de réfléchir à l’enchainement des images avant de se lancer dans chaque illustration.

Puis, je dessine des esquisses en taille réelle, les "crayonnés", qui me permettent de fixer la composition des images.

 

PRODUCTION

"

Un album est toujours un projet de longue haleine, il y a une exigence, et on a envie que chaque page nous plaise autant. Le temps passé sur chaque page est très variable mais il faut compter au moins une journée de travail par double page. La préoccupation que j’ai pour chaque détail nécessite beaucoup de temps.

Quand je travaille d’après le texte d’un auteur, il y a un grand respect pour le texte de l’autre, l’illustration est là pour mettre en avant le texte.

Quand on est auteur-illustrateur, c’est un travail global : comme tout nous appartient, on peut modifier le texte et l’image en permanence. J’aime ces approches différentes dans le travail d’illustration.

Il n’est pas toujours facile d’avoir un regard objectif lorsqu’on est immergé dans un projet. Une fois que j’ai fait un dessin, je laisse passer quelques jours et quand je le regarde à nouveau, je vois tout de suite ce qui ne fonctionne pas.

L’intérêt d’avoir un éditeur est aussi d’apporter ce regard objectif sur le travail.

Je récupère des tapisseries et des vieux papiers, je suis un peu chineuse et j’aime bien l’idée de faire des trouvailles en fouillant dans mes affaires. J’ai un intérêt particulier pour la famille, les personnes, la maison, les objets, tout ce qui s’apparente à la magie du quotidien.

 

"

Le livre "Adèle Mortadelle" était mon projet de diplôme aux beaux-arts de Saint-Étienne.

Mes deux premiers albums fonctionnaient comme des recueils d’images, j’avais envie d’écrire ma première histoire avec une "vraie" narration. J’avais envie d’écrire un conte contemporain.

En étudiant la façon dont les contes sont construits, j’ai remarqué qu’il s’agissait souvent d’une famille confrontée à une situation nouvelle. Pour rétablir l’ordre initial, le personnage principal est obligé de partir. A son retour, la situation a changé mais l’ordre est revenu.

J’ai imaginé l’histoire d’une famille contemporaine, celle d’une famille recomposée. L’album se déroule à travers le regard d’Adèle, une petite fille issue d’une famille recomposée, décomposée, d’une existence à raccommoder.

Ce qui m’intéresse, c’est le ressenti. L’émotion que peut procurer un dessin.

Pour faire ressentir une situation très calme, comme Adèle faisant un câlin avec sa mère, j’occupe une double page entière sans texte, ne faire qu’un seul dessin, et placer cette double page après des pages pleines d’images disproportionnées, de chahut et de textes, comme des sentiments mêlés.

Je m’interroge beaucoup sur la conception de mon travail. C’est toujours intéressant de parler des livres avec d’autres personnes et de voir leur ressenti qui peut être différent de mon intention de départ.

 

"

J’ai envie de faire passer une idée en dessinant, tout les choix de composition, de couleurs se font en fonction de cette intention.

J’aime les techniques mixtes, voir comment les choses peuvent cohabiter et fonctionner entre elles.

J’aime particulièrement dessiner sur du papier calque, je me sert de sa transparence pour mon travail de composition, c’est en quelque sorte mon "Photoshop fait main".

Ce côté touche à tout me dirige également vers d’autres moyens tels que la broderie, d’autres supports tels que la toile, l’envie de sortir du cadre intime du livre en envisageant des installations, des tableaux... Faire sortir mes personnages de livres dans l’espace réel.

Lors de ma résidence d’auteur illustrateur à Troyes, j’ai réalisé une exposition où les personnages de l’album Adèle mortadelle sortent du livre.

Tels des acteurs qui jouent d’autres scènes que celles proposées dans le livre, ils envahissent l’espace qui leur est proposé et l’anime.

Pour réaliser ce projet en volume j’ai été entouré de différents corps de métier. Ainsi, une installation lumineuse et musicale présentée sous la forme d’un labyrinthe a pu voir le jour, projet qu’il m’aurait été difficile à mettre en place en dehors de ce contexte de création.

  • AUDREY CALLEJA - auteur illustratrice
  • AUDREY CALLEJA - auteur illustratrice
  • AUDREY CALLEJA - auteur illustratrice
  • AUDREY CALLEJA - auteur illustratrice
  • AUDREY CALLEJA - auteur illustratrice
  • AUDREY CALLEJA - auteur illustratrice
  • AUDREY CALLEJA - auteur illustratrice