L'oeil dans sa poche numéro 07
Portraits de créateurs en Rhône-Alpes
Arts plastiques, Design, Photographie, Céramique, Illustrations, Graphismes,...
 

FANIE MUNOZ

création de costumes

CONTACT

6 rue Michelet
42000 SAINT -ETIENNE
06 78 29 56 13
mail:contact@meninas.fr
site :www.meninas.fr

FORMATION

Maîtrise d’Arts Plastiques à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne

INFLUENCES

"

Je regarde toute la peinture, de la renaissance au XIXième.

 

MON PARCOURS

"

Les idées viennent des tissus et des objets que je trouve. Je suis sans cesse en train de chercher de nouveaux tissus.

C’est en touchant les matières, en écoutant le bruit que fait le tissu quand on le froisse que je pense à des personnages.

J’ai pensé au personnage de Pocahontas parce que j’avais trouvé des peaux de daims et des fourrures.
Je veux faire une Pocahontas différente de celle de Walt Disney.

La vraie Pocahontas était une Indienne qui a épousé un anglais au XVII ième siècle.
Il existe de nombreux tableaux où elle apparaît en bourgeoise anglaise.

Ce qui m’intéresse dans ce personnage est le mélange des cultures qui va générer le mélange des tissus.

Je pense que je vais lui faire une coiffe avec des plumes.

Chaque accessoire (broderie, breloque, loup...) permet à l’enfant de s’inventer un personnage et une histoire.

Le problème, c’est d’arriver à s’arrêter de rajouter des détails.

 

"

J’ai commencé à faire des déguisements pour mes filles parce que je n’étais pas satisfaite de ceux qui étaient dans le commerce.

Ma grand-mère était couturière, elle fabriquait les entourages de berceaux.
La voir faire a sûrement compté même si je ne pensais pas du tout faire ce métier quand j’étais petite.

Ma formation de plasticienne me permet d’aborder les matériaux et les couleurs sereinement.

Ensuite, il faut apprendre les techniques de la couture.
J’ai appris les bases avec une amie et ensuite, c’est de la recherche.

En couture, tant qu’on n’a pas fait soi-même les choses, on ne sait pas vraiment faire. Il faut s’approprier la machine et les méthodes.

Ce qui est difficile en couture c’est qu’il faut sans cesse faire et défaire, parfois même refaire, tant les matériaux nous réservent de surprises.

Il faut parfois accepter d’aller lentement.

 

ÉTAPES DE FABRICATION

"

Montage d’un corset :

J’ai un patron qui me sert de base et, pour chaque déguisement, je change mes matériaux et les détails.

Pour le corset, il faut assembler 3 parties, plus les doublures.

J’utilise des liens à lacets pour les épaules et le dos de manière à ce que le déguisement suive la croissance de l’enfant.

Je pose des baleines, c’est-à-dire des bouts de plastique qui rigidifient le tissu et qui donnent une tenue au corset.

La difficulté est de travailler dans du tissu très épais, on n’est jamais sûr de pouvoir coudre correctement.

C’est le côté expérimental de la couture.

Ensuite, je couds les différentes parties du corset entre elles.

Quand le corset est assemblé je le positionne sur le mannequin pour voir ce que ça donne

 

PRODUCTION

"

Chaque idée de costume commence par une image que m’évoque un tissu.

Certains tissus me font penser à des tableaux, à une période de l’histoire ou à une culture.

Avoir fait des études d’arts plastiques m’a au moins servi à avoir des tableaux plein la tête. Je me suis constituée une banque d’images.

Quand on voit la Pompadour sur des tableaux, on imagine très bien quelle vie elle a pu avoir.

Si j’ai envie de faire un petit chaperon rouge, je vais aller voir chez Gustave Doré par exemple ; je regarde ce qui a déjà été fait pour me faire une idée de quel genre de petit chaperon rouge j’ai envie.

Je me documente, mais je ne fais pas de la reconstitution historique, il faut que le costume soit moderne et qu’il y ait de l’humour.

Je ne veux pas utiliser de matières synthétiques, mais des matériaux nobles et un peu luxueux.

La sensation que l’on éprouve au contact des tissus est très importante.

 

"

Chaque costume porte un nom car je couds avant tout une histoire, des souvenirs pour plus tard.

J’aime imaginer quelles mises en scènes les enfants vont pouvoir faire et quelles histoires ils vont pouvoir se raconter.

J’ai envie que tout soit permis, que le costume soit poétique.

En ce moment, je veux faire une sirène et un Peter Pan.

Je cherche des tissus qui vont évoquer l’eau ou la nature, pas seulement par la couleur mais aussi par l’aspect tactile du tissu.

Je m’adapte tout le temps à ce que je trouve.

 

"

Chaque costume en amène un autre, j’ai toujours plusieurs projets en tête.

Il m’arrive même de fabriquer simultanément deux ou trois costumes !

Ce qui est le plus agréable est de choisir les tissus, d’aller chercher les matériaux, et quand le travail est terminé.

Le plus contraignant est le moment de la fabrication, mais, j’éprouve un grand plaisir à voir le déguisement porté.

J’aime pousser le goût du détail jusqu’à assortir les rubans de la coiffure au costume choisi.

  • FANIE MUNOZ - création de costumes
  • FANIE MUNOZ - création de costumes
  • FANIE MUNOZ - création de costumes
  • FANIE MUNOZ - création de costumes
  • FANIE MUNOZ - création de costumes
  • FANIE MUNOZ - création de costumes
  • FANIE MUNOZ - création de costumes
  • FANIE MUNOZ - création de costumes