L'oeil dans sa poche numéro 13
Portraits de créateurs en Rhône-Alpes
Arts plastiques, Design, Photographie, Céramique, Illustrations, Graphismes,...
 

SABINE ORLANDINI

céramiste

CONTACT

(atelier cumulus)
29 montée Bonafous
69004 Lyon
sabineorlandini@gmail.com
http://www.sabine.over-blog.com

FORMATION

École d’Architecture de Clermont-Ferrand

INFLUENCES

L’architecture, le Design des années cinquante, Le Corbusier, Charlotte Perriand, Le Bauhaus ...

 

MON PARCOURS

"

A l’école d’architecture, on nous montrait beaucoup de choses. On pouvait faire de la scénographie, de la sociologie, du design... De l’architecture aussi !! Cette ouverture m’a beaucoup plu.

Pendant toutes mes études, en parallèle, j’ai travaillé dans une petite compagnie de théâtre. On faisait tout, à tour de rôle. Sur un spectacle on jouait, sur un autre, on faisait la lumière ou la scénographie.

Je ne sais pas trop comment je me suis mise à faire de la mosaïque, mais je me souviens d’un voyage d’étude avec l’école d’architecture : lors d’une halte à Vienne, j’ai découvert Hundertwasser. J’ai eu envie de faire comme lui.

Juste après ce voyage, des amis qui venaient d’acheter une maison m’ont donné carte blanche pour que je fasse leur salle de bain avec une autre amie. Ce chantier a duré presqu’un an.

On utilisait des matériaux de récupération (carrelage), et les enfants avaient demandé à ce qu’il y ait plus ou moins un dragon et un serpent.

 

"

Ensuite, j’ai travaillé pour un architecte pendant trois ans. Je réalisais, entre autre, les maquettes.

Puis, certains projets n’ayant pas aboutit et l’architecte ne pouvant plus me rémunérer, j’ai profité de l’occasion pour lancer mon projet de mosaïque, avec l’idée de fabriquer mes carreaux.

Je voulais que le carreau soit fabriqué artisanalement, je le trouve plus chaleureux.

J’ai tout de suite acheté une crouteuse pour fabriquer ces carreaux et j’ai eu une première commande de table.

J’ai poursuivi en faisant quelques carreaux où le motif apparait en relief. J’en avais fait des tableaux.

Mais finalement, quand j’ai eu de la terre dans les mains, j’ai davantage fabriqué des objets que des carreaux !

Aujourd’hui, je produits des carreaux uniquement sur commande de tables ou de mosaïques murales.

 

ÉTAPES DE TRAVAIL

"

J’étale ma terre à la crouteuse, jusqu’à ce qu’elle fasse 5 millimètres d’épaisseur pour les objets, 1 cm pour les carreaux.

Je pose mon patron en carton que j’ai préparé au préalable sur ma terre, je marque avec une aiguille. Je découpe les formes et j’attends que la terre sèche légèrement.

J’assemble les parties comme une maquette, sauf que la terre sert aussi de colle !

J’essaie d’assembler de manière à ce que soit le plus droit possible mais surtout de manière à ce qu’il y ait un aspect légèrement tordu et gracieux.

Lorsque j’ajoute des pieds à mes objets, j’attends le lendemain, où je retourne l’objet et je colle trois petits pieds qui sont trois petits boudins, comme des gnocchis.

Peut-être que ma façon de travailler vient du fait d’avoir vu ma mère faire des pâtes pendant toute mon enfance !

 

"

Ce qui me plait dans la céramique est la façon dont ça évolue : c’est un peu comme un projet en architecture, on dessine un croquis, un plan et ensuite on le voit se construire grandeur nature.

En céramique, c’est la même chose mais en plus rapide !

Je m’intéresse aux objets utilitaires dont la fonction n’est pas forcément évidente au premier abord.

J’aime les choses bizarres. J’avais fait des barquettes rectangulaires avec l’idée que l’on puisse manger dedans. Je crois que les gens s’en servent plutôt de vide-poche !

J’aime que les gens aient à inventer une fonction à l’objet.

Je fais toujours des croquis des objets que j’ai envie de fabriquer. Même si ce sont des dessins rapides, j’essaie d’être fidèle aux proportions du croquis.

Quand je suis déçue par l’objet fabriqué qui me parait moins bien que son croquis, il me semble que c’est souvent parce que je n’ai pas respecté les proportions du dessin.

Je cherche les techniques qui vont me permettre de réaliser mes dessins. Mais, comme je travaille beaucoup "à la plaque", je "pense" en plaque.

 

"

J’aime le mélange des matières, c’est pour cela que mes tables ne sont pas entièrement carrelées et que le bois est présent, d’ailleurs je n’aime pas les tables complètement carrelée.

Pour les tables, je parts aussi d’un dessin. Pour certaines tables, je fait le motif en collage papier à l’échelle 1 pour me rendre compte de ce que ça peut donné.

Le motif qui est sur l’objet apparait dès le croquis, il fait partie de l’objet.

Les trois pieds viennent certainement de mon goût pour les années 50. J’avais fabriqué des petits mugs avec des longs pieds mais ce n’était pas beau, je n’ai pas insisté. Puis, je me suis dit qu’il fallait que je réessaie avec d’autres proportions.

J’aime beaucoup les commandes, elles me font réfléchir à de nouvelles choses.

Une amie qui fait la collection de carafes m’a commandé une carafe, donc j’ai fait cet objet. J’ai fait trois pieds pour isoler le fond du pot de la surface sur laquelle il est posée.

C’est à ce moment là que j’ai eu envie de faire une collection d’objets avec ces trois pieds.

 

"

Les "Trio" ont été imaginés pour l’exposition "Au creux des mains" à l’Atelier du coin à Saint-Etienne. J’aime les objets qui vont par deux ou par trois.

J’aimerais bien remplir mon placard de vaisselle de potier, je trouve très agréable d’avoir des objets artisanaux tous différents chez soi.

J’adore tourner, j’ai fait des stages de tournage mais j’ai encore envie d’explorer la technique de la plaque.

Peut-être que je ne suis pas décidée à me mettre à tourner parce que j’ai peur de me laisser happer par les formes traditionnelles, ce qui est certainement complètement faux !

Ce qui me plait avec la technique de la plaque est que le résultat est mi-figue mi-raisin, il y a à la fois un coté droit mais aussi un peu tordu.

Les cubes et les Trios me viennent certainement de ces jouets empilables pour les enfants et aussi des matriochkas. L’idée que ça puisse devenir de la vaisselle me plait bien.

En fait, j’aime inventer des formes étranges et dire "c’est une assiette !"

  • SABINE ORLANDINI - céramiste
  • SABINE ORLANDINI - céramiste
  • SABINE ORLANDINI - céramiste
  • SABINE ORLANDINI - céramiste
  • SABINE ORLANDINI - céramiste
  • SABINE ORLANDINI - céramiste
  • SABINE ORLANDINI - céramiste