L'oeil dans sa poche numéro 14
Portraits de créateurs en Rhône-Alpes
Arts plastiques, Design, Photographie, Céramique, Illustrations, Graphismes,...
 

THIERRY GRUAS

peintre

CONTACT

7 rue Balaÿ
42100 Saint-Etienne
04 77 34 19 48
http://www.indefini.lautre.net/thie...

FORMATION

École des Beaux-arts de Saint-Etienne

INFLUENCES

Je regarde énormément la peinture contemporaine, des peintres comme Eric Fischl, Peter Doig, Cy Twombly, Sigmar Polke...

 

PARCOURS

"

Le geste, la spontanéité, l’aspect pris sur le vif est très important dans mon travail, tout vient de là.

J’ai toujours besoin de partir d’images.

Je pourrais avoir une période abstraite de 6 mois par exemple, j’ai déjà essayé, mais tout le monde me disait que ce n’était pas bon. J’écoute ce que disent mes amis peintres de mon travail.

Je crois finalement que ma peinture est abstraite, même si elle prend forme.

En travaillant, je note les phrases auxquelles je pense, comme celle-ci : "La peinture, ce n’est pas l’illusion de la réalité, ni qu’elle vienne du dedans, la peinture est l’abstraction faite forme."

Je travaille par série, un tableau seul est emprisonné. J’arrive à en faire mais... c’est comme un atome, il faut que ça éclate.

Au départ, je combine les tableaux au hasard, et puis en faisant des essais, tout d’un coup, c’est bon.

 

"

Pour la série"Les manifestants", j’ai travaillé d’après des photos que j’ai faites pendant les manifestations.

Je trouve que le visage est frustrant, le visage ne dit rien.

Le visage est quelque chose de complètement anonyme, on en voit tellement partout.

Il y a le visage photographique et le visage de la peinture, les deux sont complètement différents, il n’ont rien à voir.

Le visage peint devient vraiment autre chose, il vient d’une réalité mais qui devient très lointaine. En même temps, la personne est là, l’épiphanie est là, le sacré qui nous apparait.

J’ai noté : "Figurer, défigurer le visage : l’identité de la personne et en même temps la chose la plus banale."

"Dans les portraits, je cherche la couleur, le geste, l’instant fugace où...."

"Quelques coup de pinceau et le visage est là."

"Prendre l’étincelle de vie dans le personnage photographié."

 

PRODUCTION

"

Pour la série des "Faux souvenirs d’enfance", j’ai pris l’album de souvenirs de la famille.

Nous sommes quatre dans la famille et il y a toujours trois personnes sur les photos, le quatrième prenant la photo, c’est ça qui m’a intrigué au départ.

J’ai associé à ces images personnelles des images de l’époque comme le TGV, Dolly, le hulla hop, la guerre du Vietnam, une navette spatiale, une statue qui se fait déboulonnée, des années 1962 à aujourd’hui.

Je rajoute parfois des animaux, des choses enfantines.

Je n’ai pas détaillé les visages des photos pour que chaque spectateur puisse s’identifier à ces scènes familières.

"Le visage est le signe minimum d’appartenance à l’humanité. La peinture ce n’est pas que cela."

 

"

Ce qui m’intéresse dans une image est le fait que tout le monde puisse s’y reconnaitre. C’est l’ aspect mythologique de l’image.

Parfois, je fais une peinture rapidement en un seul jet, et le résultat est superbe mais je suis frustré parce qu’il n’y a pas eu beaucoup de travail.

Quand je vois qu’un tableau est fini, c’est fini, c’est tout !

Le point, c’est un coup de couleur sur la peinture, c’est presque un furoncle sur la peinture.

Il n’y a presque rien et ça dit beaucoup de choses, ce n ’est pas la peine de mettre une bouche !

 

"

Notes de travail :

"La peinture est un prétexte à l’insondable."

"Ma peinture n’a pas à voir avec la réalité de l’instant photographique, la présence réelle de la personne, la peinture est mythique et intemporelle."

 

"

"Entre la représentation et la présence."

"C’est le rêve qui piège la réalité."

"C’est plus qu’une peinture, c’est la vie."

  • THIERRY GRUAS - peintre
  • THIERRY GRUAS - peintre
  • THIERRY GRUAS - peintre
  • THIERRY GRUAS - peintre
  • THIERRY GRUAS - peintre
  • THIERRY GRUAS - peintre
  • THIERRY GRUAS - peintre