L'oeil dans sa poche numéro 03
Portraits de créateurs en Rhône-Alpes
Arts plastiques, Design, Photographie, Céramique, Illustrations, Graphismes,...
 

VERONIQUE VERNETTE

auteur, illustratrice

CONTACT

tél. 06 22 83 36 82
verovernette@hotmail.com
http://minisites-charte.fr/sites/ve...

FORMATION

École Régionale des Beaux-Arts de Saint-Étienne.

INFLUENCES

"

C’est un tout, une culture qui se créé avec le temps.
Je suis très sensible à toutes les peintures dites primitives, celles où la construction de l’espace est ressentie, comme dans les enluminures, les peintures de Giotto ou les peintures religieuses du moyen âge.
Des dessins de Mantegna ou de Kurosawa.
Les dessins sont toujours plus intéressants que les peintures achevées, ils sont plus fragiles.

 

MON PARCOURS

"

J’ai commencé à faire de la littérature pour la jeunesse pour raconter mes voyages.

Tout me convenait dans le livre : le format, la narration, tout était à mon échelle pour essayer de proposer quelque chose en dessin qui ne soit pas une exposition éphémère.
Dans l’idéal, j’aurais aimé faire des livres illustrés pour adulte mais il y a peu d’éditeurs qui s’y risquent.
Au départ, je me faisais tout un tas d’idées sur ce qu’il fallait faire ou une pas faire pour s’adresser à des enfants, mais quand j’ai commencé à le faire, ça s’est fait comme ça... Si des adultes lisent mes livres, tant mieux !

J’ai toujours voulu aller en Afrique noire, je ne sais pas pourquoi.

Petite, je n’arrêtais pas de regarder des choses sur l’Afrique, je me sentais plus en phase avec cette culture là qu’avec celle d’ici. J’ai fait mon premier voyage au Burkina pendant ma première année à l’école des beaux-arts. Ensuite, j’ai vécu deux à trois mois par an au Burkina pendant 8 ans.

Sur place, j’ accumulais des “dessins de mémoire”, j’arrivais à digérer les choses et à les réinterpréter.
Je construisais vraiment les histoires une fois de retour en France, je pouvais alors raconter mes voyages à travers des livres pour les enfants.

 

"

Je ne dessine pas les choses telles qu’on les voit mais telles que je les ressens ou telles que je m’en souviens. Je dessine sans respecter la perspective par exemple.

Mon travail n’est pas documentaire, ce sont des fictions mais qui sont nourries de l’observation du quotidien. Certains carnets sont des prises de notes d’objets du quotidien.

Le premier livre que j’ai fait “Cocorico Poulet Piga” réunit mes premières impressions.
Il y a beaucoup d’éléments cartographiques, des cartes, des trajets : j’avais besoin de repères.

Il y a déjà un mélange de représentations de l’espace, un peu comme dans le cubisme : on veut montrer différents points de vue dans un même dessin.
Je voulais montrer ce qui m’a le plus frappée en arrivant à Ouagadougou, tous ces petits marchés le long des routes. Quelqu’un qui a des bananes va se promener avec pour pouvoir les échanger contre autre chose. La ville fourmillait de ces échanges, mon premier livre devait montrer ça.

Sans m’en rendre compte au départ, j’ai donné une vision de l’Afrique qui n’est pas l’Afrique des lions et des éléphants que l’on trouve dans les livres pour enfants : c’est une vision de Afrique urbaine.

On me dit souvent que mes histoires n’ont pas de fins, mais ce n’est pas le fait de raconter une histoire qui m’intéresse.
En fait, ce qui m’intéresse, c’est quand la vie des gens fait histoire.

 

LES ÉTAPES DE FABRICATION

"

Le livre "En attendant la pluie” est parti d’une série de dessins d’une cour dans laquelle j’ai vécue deux fois trois mois.

La petite fille qui est la narratrice de l’histoire existe vraiment, mais je n’ai pas voulu faire son portrait, j’ai vécue à côté d’elle.

Les dessins montrent la façon de faire de la cuisine, le livreur d’eau, des détails du quotidien.

Ensuite, j’ai tout repris pour répondre à un appel d’offre.

Il y a vraiment tout un travail de mémoire et de regard : c’est à force de regarder les gens que je sais dessiner la manière dont les femmes attachent leurs cheveux, les motifs sur les tissus les scarifications sur la peau etc...

je construis le dessin par des taches de couleurs au pinceau et une fois qu’elles sont sèches, je dessine à la plume par dessus, ce qui fait que la couleur déborde.

 

PRODUCTION

"

Le travail de commande n’a rien à voir avec les projets où je suis dans mon petit univers,même si le texte de l’auteur me plait beaucoup.

Je ne cherche pas à me mettre dans la peau de l’auteur que je ne rencontre d’ailleurs jamais, je colle mon univers au sien. Si l’éditeur nous a choisi, c’est qu’il pensait que les deux univers pouvaient fonctionner ensemble.

Je ne me sens malgré tout jamais aussi libre, je ne peux pas m’empêcher de penser à la maison d’édition pour laquelle je travaille, à ce qui va leur plaire. Je sens que ça me bride un peu.

Je ne veux pas que l’illustration répète ce qu’il y a dans le texte, ça parait évident mais c’est souvent le cas.

Le texte et l’image forment un tout, ils sont mis au même niveau.

J’intègre souvent le texte dans les images. J’imagine que les enfants peuvent lire le texte, aller se balader dans l’image, revenir au texte etc...

Je n’aime pas faire des croquis trop précis de ce que je vais faire ;
ça me donne l’impression qu’il faudra reproduire le dessin à l’identique, comme une mise au carreau, et, si j’ai un croquis, je préfère ne pas l’avoir sous les yeux pour le dessin final.
Il faut que je le réinterprète.

 

"

Certaines commandes son très précises, c’est un peu de la décoration, la maquette est toute prête et je dessine dans des espaces prévus à cet effet.

Certains éditeurs abandonnent des livres qui n’ont pas marchés au niveau commercial dans les premiers 6 mois de leur sortie. D’autres éditeurs, plus petits, souvent moins bien diffusés font un vrai travail autour du livre une fois qu’il existe.

“Poulet Piga” est présent dans presque toutes les bibliothèques de France, il a pu être réimprimé, et j’interviens dans les écoles pour présenter ce travail... C’est ce genre de démarche qui me font vivre.

Les directeurs artistiques des maisons d’édition peuvent me demander de faire des corrections sur ce que je leur propose, c’est assez rare mais ça arrive.

Ces modifications peuvent concerner des détails comme la forme des cils. Je m’étais amusée à faire des cils très appuyés comme peuvent le faire les enfants sur un de mes personnages, et on m’a demandé d’enlever les cils, c’était trop raide, ça faisait presque peur !

La recherche du visage des personnages passe par des questions comme celles-ci : comment dessine-t-on les yeux ? Est-ce qu’on fait un point ? Est-ce qu’on dessine l’amande de l’œil ? Est-ce qu’on met des cils ?

Comment va t-on distinguer les différents personnages ? Par la couleur des cheveux, les vêtements....

 

"

Certains projets s’étalent sur la longueur. J’avais depuis longtemps envie de travailler pour les deux/trois ans, de faire des projets plus épurés avec moins de texte.

Quand je suis devenue maman, j’ai regardé beaucoup d’imagiers avec ma fille, mais je restais toujours sur ma fin : cette succession de pommes, de poires et de citrouilles où il ne se passait rien me lassait, même si les images étaient très belles.

J’ai eu envie de travailler l’imagier différemment, sans simplifier les images, sans les cerner d’un gros trait, et avec l’idée d’une évolution : celle d’une petite graine qui va se transformer en arbre.

Je montre la graine mais aussi la petite fille qui l’arrose, les animaux qui vont habiter l’arbre, la cabane, autant d’éléments qui permettent d’inventer d’autres histoires.

L’ origine des histoires est toujours très difficile à définir, mais, pour mon projet en cours, il y a certainement un évènement important : j’avais vu un pagne avec un motif étonnant. Deux poissons sous un parapluie. Que peuvent bien faire deux poissons sous un parapluie ? Cette situation complètement absurde m’a semblée porteuse d’histoires.

Je travaille les images de façon à ce qu’on se perde un peu, qu’on ne sache plus très bien s’il on est dans l’eau ou sur terre, dans le rêve ou la réalité. J’aimerais proposer ces images à un auteur qui puisse inventer sa propre histoire.

  • VERONIQUE VERNETTE - auteur, illustratrice
  • VERONIQUE VERNETTE - auteur, illustratrice
  • VERONIQUE VERNETTE - auteur, illustratrice
  • VERONIQUE VERNETTE - auteur, illustratrice
  • VERONIQUE VERNETTE - auteur, illustratrice
  • VERONIQUE VERNETTE - auteur, illustratrice
  • VERONIQUE VERNETTE - auteur, illustratrice