L'oeil dans sa poche numéro 16
Portraits de créateurs en Rhône-Alpes
Arts plastiques, Design, Photographie, Céramique, Illustrations, Graphismes,...
 

VICTOR VIELLARD

concepteur lumière

CONTACT

9 rue du garet 69000 LYON
06 03 36 35 03/ 04 78 27 63 07
victorvieillard@yahoo.fr
http://www.victorvieillard.com

FORMATION

Diplômé d’Architecture Intérieure, École d’Arts Appliqués La Martinière terreaux, Lyon
Licence professionnelle "conception et management en éclairage", Université Lyon III

INFLUENCES

Il y a plusieurs types d’influences. Dans le cadre de mon métier, mes "pères" de l’éclairage m’influencent, des gens comme Laurent Fachard, Yann Kersalé, Roger Narbonni... et puis, il y a les artistes, François Morellet, Ann Veronica Janssens, Olafur Eliasson...
Les idées ne viennent pas par hasard, ce n’est pas non plus je ne sais quelle disposition artistique, c’est une question de culture, de curiosité et d’observation au quotidien. J’observe les environnements, les choses et les gens. Mes projets sont majoritairement contextuels, j’insère une histoire lumineuse en relation au site, je suis entre l’éclairagiste et l’artiste plutôt une sorte de scénographe urbain.

 

PARCOURS

"

J’ai d’abord passé un bac Arts Appliqués parce que je souhaitais décider des espaces et principalement des objets qui m’entourent.

Puis, j’ai intégré un BTS Arts Appliqués à Lyon, section architecture d’intérieur. J’étais attiré par l’Architecture. Après le BTS, je suis allé aux Beaux-Arts de Saint-Étienne, en design. J’avais envie d’un enseignement moins scolaire, afin d’avoir accès à des ateliers pour réaliser physiquement les projets, de répondre à des concours... Finalement, j’ai été un peu déçu de ne pas être dans la même dynamique que les autres étudiants. Je n’y suis resté que trois mois.

Je me suis retrouvé concepteur sans avoir de spécificité technique identifiable pour notre société (car finalement on ne paie que très rarement le travail intellectuel). J’ai eu besoin d’apprendre un métier identifiable techniquement, tout en pouvant exploiter et réinterpréter mes connaissances en conception.

J’ai entendu parler de cette licence professionnelle à Lyon III pour être "concepteur lumière". Le principe de cette formation est intéressant : les étudiants passent deux semaines chez un professionnel et deux semaines à l’école.

J’ai appris toute la technique me manquant, découvert la passion du métier d’éclairagiste auprès de mon formateur, Laurent Fachard, tout en conservant la méthodologie de conception apprise pendant mes études.

Aujourd’hui je crée ma propre conception du projet, ma ligne conductrice.

 

PROJETS

"

J’ai développé trois domaines d’activités autour de mon métier de concepteur lumière : l’éclairage intérieur, l’aménagement nocturne du paysage, et les installations lumières artistiques pérennes ou temporaires.

Je travaille soit seul, soit en collaboration avec d’autres concepteurs : designer, architectes, paysagistes, Bureaux d’études techniques. Tout dépend du type de projet et des besoins.

Être concepteur, c’est avoir une démarche, il ne s’agit pas d’utiliser la lumière uniquement pour créer des effets.

Le projet "Jardin suspendu" est une de mes premières commandes importantes. Dans le cadre du festival "Les Yeux de la nuit", la ville de Genève m’a donné carte blanche pour créer une intervention lumineuse sur une place du centre ville au milieu de laquelle, en contrebas, se trouve un accès camion pour les livraisons d’un grand magasin, autant dire que l’espace n’avait plus grand chose à voir avec une place.

Afin de redonner de la légitimité à cette place, j’ai décidé de créer un plafond suspendu donnant au regard une centralité. Je voulais que cette installation soit visible de jour comme de nuit. J’ai proposé un jardin suspendu en tendant un ensemble d’origamis pouvant être perçus comme des étoiles ou des fleurs devenant ainsi des réflecteurs de lumières.

A la demande des commerçants, cette installation qui ne devait durer qu’une semaine, a duré 1 mois et demi.

 

"

"Chromatik Therapie" est un projet conçu avec Sara de Gouy, designer d’espace, pour le Festival "Solstis" à Bruxelles qui a invité un éclairagiste Français, Anglais et Belge à intervenir sur six sites de la ville.

L’hiver, le jour tombe tôt, et nous manquons de lumière. La luminothérapie et chromathérapie (thérapie par la couleur) agissent contre la dépression saisonnière, forme de baisse de moral due à ce manque de lumière. Des systèmes lumineux individuels pour pallier à ce manque physiologique se développent pour les particuliers.

L’installation « chromatik thérapie » est une expérimentation d’une lumière « soignante » à l’échelle de l’espace urbain. Située au coeur d’un quartier de bureaux, nous pouvons imaginer que chacun puisse venir puiser sa dose quotidienne de lumière colorée.

L’installation se vit depuis la voiture ou de manière piétonne. La place des Barricades, place circulaire, offre un stationnement dirigé vers le centre de la place. Inspirée par ce contexte, l’installation constitue un drive in de lumière colorée. L’installation se présente sous forme d’un cercle de lumière multi-chromatique qui s’inscrit logiquement sur le pourtour intérieur de cette place ronde.

Des écrans de lumière rétro-éclairés constituent les facettes du cercle. Les écrans de différentes teintes permettent à chacun de choisir selon son état, son envie ou ses besoins sa couleur de lumière : lumières chaudes, teintes froides...

De petites notices permettent d’informer les passants sur les bienfaits des différentes teintes comme par exemple : 2mn de rouge tonique vous permettront de reprendre le taureau par les cornes, 5mn de rose bonne mine raviront votre humeur et votre teint, 7mn de bleu apaisant vous plongeront dans le calme des abysses...

Pour ce type d’intervention, la ville finance le projet et établie le périmètre possible du projet. Nous sommes maître d’œuvre et mettons en place tout le projet, de l’idée, le site, la recherche des entreprises, à la gestion des équipes de montage, la maintenance et le démontage. Et souvent nous mettons la main à la patte comme pour ce projet où nous avons nous-mêmes construit chaque cadre supports des toiles de projection...

 

"

"Tree Free Hugs, l’Arbre à Câlins Gratuits" est un projet conçu pour le festival "Arbre et Lumière" à Genève.

J’avais envie de participer à ce festival en évitant d’éclairer simplement un arbre. Beaucoup de projets auparavant avaient magnifié sous toutes ses formes les arbres et je souhaitais trouver une autre dimension, un regard différent.

Le festival donnait beaucoup à voir mais peu à toucher aux spectateurs, j’avais envie que les gens se rapprochent des arbres.

J’ai souhaité impliquer le public afin qu’il fasse un câlin à l’arbre, donnant leur énergie, se transformant en lumière.

L’arbre en état de veille est uniquement éclairé au sommet en rouge. La lumière oscille pour donner l’idée d’une respiration. Lorsque vous enlacez l’arbre, il s’illumine crescendo de bas en haut traduisant une poussée de sève lumineuse d’une minute. Chaque câlin étant unique, les couleurs et la temporalité diffèrent.

Les projets les plus intéressants sont ceux où les commanditaires sont à l’écoute, qu’ils soient publics ou privés.

Je suis très attaché à ce que vit l’homme, j’aime l’espace public pour cette raison. Il est intéressant et important de proposer des projets créatifs aux citoyens.

Si j’ai un rôle politique, c’est bien de montrer aux citoyens que leur ville doit être à leur image en matière d’espace public. Je rêve par exemple qu’il y ait des appels d’offre pour travailler sur les espaces publics en travaux.

 

"

"ENTRE-TEMPS"

Sara de Gouy, Artiste / Designer d’Espace et moi-même, avons candidaté pour un appel d’offre artistique dit 1% Art ( 1% du coût des travaux est réservé à une intervention artistique) concernant la rénovation d’un silo à grains réhabilité en salle de spectacle.

La dimension nocturne de la vie du lieu nous a donné envie de travailler avec la lumière. Nous avons proposé un projet qui a été retenu parmi une centaine de propositions.

Le parti pris de ce projet se nommant "ENTRE-TEMPS" égraine la période de temps entre chaque représentation de spectacle.

Nous avons voulu travailler à la fois sur le temps et sur l’histoire du bâtiment. Les grains de blé sont devenus des grains de lumière.

Nous avions la liberté de travailler où nous voulions sur le bâtiment. Nous avons choisi de redessiner des silos sur une structure monte-charge qui a été construite devant le bâtiment.

Il s’agit d’une maille de fils métalliques sur laquelle est implantée de multiple point de LED, au total, deux mille trois cents cinquante points.

Chaque grain de lumière tombe de façon aléatoire au fur et à mesure jusqu’au soir du spectacle où les silos sont complètement remplis de grains lumineux. Après le spectacle, les silos se vident et l’égrainage du temps avant le spectacle suivant recommence.

 

"

Les difficultés techniques pour ce projet furent doubles : il fallait à la fois trouver des solutions pour s’intégrer à l’architecture et réfléchir à l’interaction via la programmation de la salle de spectacle, sans que ce soit une charge de travail complexe pour le gestionnaire de la salle.

Nous avons travaillé avec un programmateur qui a créé un programme informatique, accessible sur un écran tactile, permettant de "rentrer" toutes les données des spectacles, générant ainsi aléatoirement la descente des grains au hasard dans les 3 silos numériques.

C’est un procédé novateur car la gestion simplifiée du projet permet une réelle interactivité de la lumière en relation à l’activité de la salle.

Le projet réalisé est conforme à notre idée de départ car dès la conception, nous avons intégré les solutions techniques permettant la réalisation du projet.

Mon métier me positionne toujours à la jonction entre la technique et la création. Car l’idée n’est rien sans sa matérialisation.

Les projets d’installations artistiques m’intéressent particulièrement car ils permettent une plus grande liberté de création.

Lorsque l’on est en position d’artiste dans un projet d’espace public, il y a une meilleure écoute de ce que nous proposons, nous permettant d’aller au bout de nos convictions, ce qui n’est pas toujours le cas lors de missions exclusivement éclairage.

  • VICTOR VIELLARD - concepteur lumière
  • VICTOR VIELLARD - concepteur lumière
  • VICTOR VIELLARD - concepteur lumière
  • VICTOR VIELLARD - concepteur lumière
  • VICTOR VIELLARD - concepteur lumière
  • VICTOR VIELLARD - concepteur lumière
  • VICTOR VIELLARD - concepteur lumière